Exposition itinérante arrive en Belgique

À partir du 8 mai 2022, un nouveau conteneur trilingue de #StolenMemory entame sa tournée en Belgique. L’exposition itinérante néerlando-franco-allemande débutera dans le Parc du Cinquantenaire, au Musée Royal de l’Armée à Bruxelles. Représentées par leur directrice Floriane Azoulay, les Arolsen Archives inaugureront le conteneur à 13 h 30 en collaboration avec le War Heritage Institute.

L’exposition raconte le destin de dix détenus des camps de concentration, dont les derniers biens sont encore aujourd’hui en partie conservés aux Arolsen Archives. Les nazis les ont dépouillés de tous leurs effets personnels lors de leur emprisonnement dans un camp de concentration. Dans certains cas, les souvenirs volés ont pu être restitués aux familles des personnes réprimées grâce à l’aide de bénévoles. Floriane Azoulay explique l’intérêt que cela représente pour les familles : « De nombreuses victimes de la répression nazie n’ont pas pu laisser de traces matérielles à leurs familles, car tout leur a été pris. Souvent, les familles ne savent rien ou très peu du sort de leurs grands-parents, parents, oncles et tantes ». La restitution des objets est donc d’autant plus importante, même des décennies plus tard.

Soutien du ministère belge des Affaires étrangères pour #StolenMemory

L’exposition itinérante en Belgique est financée grâce au ministère belge des Affaires étrangères. Dans le contexte de la présidence belge du Comité international des Arolsen Archives, l’actuel titulaire du poste, Gilles Heyvaert, « espère que cette exposition contribuera à sensibiliser les jeunes aux conséquences de la banalisation de l’intolérance, de la peur ou de la haine d’autrui et de la discrimination d’autres personnes ». L’inauguration le 8 mai, jour de la libération, vise à rappeler les conséquences du nazisme.

La recherche mondiale de familles

Depuis 2020, l’exposition itinérante #StolenMemory voyage en Allemagne, de ville en ville, à la recherche de familles des victimes. Elle a commencé avec un conteneur, puis s’est dotée d’un deuxième conteneur mobile en 2021. Un troisième conteneur, avec des ressources en polonais, en allemand et en anglais, traversera la frontière polonaise en mai 2022. Le quatrième conteneur est également trilingue ; il raconte les histoires de personnes réprimées par les nazis en néerlandais, français et allemand. « Nous sommes ravis de voir à quel point le projet a pris de l’ampleur grâce à l’aide exceptionnelle des bénévoles de toute l’Europe et des institutions partenaires. Sans toutes ces mains tendues, nous n’aurions pas pu rendre à tant de familles les biens de leurs proches », explique Charlotte Großmann, responsable du projet #StolenMemory, à propos de l’internationalisation du projet.

Outre l’exposition, le site internet de #StolenMemory et les ressources éducatives sont désormais disponibles en français, en néerlandais et en polonais. Les élèves peuvent ainsi étudier la répression nazie en faisant des recherches sur place et comprendre le destin des anciens détenus des camps de concentration par le biais de leurs effets personnels.

Nous sommes à la recherche de : la famille d’Eugen van Lesberghe

L’un des cas non résolus à ce jour est celui d’Eugen van Lesberghe. Les nazis ont obligé ce maître-boucher bruxellois à travailler dans l’abattoir Wetzel & Co. à Elmshorn, près de Hambourg. Le 21 novembre 1942, il a été condamné à quatre mois de prison par le tribunal d’instance d’Elmshorn pour le vol présumé de 2,5 kg de viande de bœuf. Les juges voulaient faire de lui un exemple et la peine relativement élevée devait servir de dissuasion. Après sa détention à Neumünster, Eugen, alors âgé de 37 ans, a été expulsé vers la Belgique. Dès lors, son sort reste inconnu. Sa chevalière est conservée dans les Arolsen Archives. On ne sait pas comment elle est arrivée là. D’autres destins comme celui d’Eugen sont également relatés dans nos films d’animation et interviews de familles des personnes réprimées.

La chevalière d’Eugen van Lesberghe

Où le conteneur s’arrêtera-t-il en Belgique ?

Outre deux arrêts à Bruxelles, il se rendra également à Malines à la Caserne Dossin, un ancien camp de rassemblement SS, et aux Bastogne Barracks. Des arrêts dans l’est germanophone de la Belgique sont également prévus. Pour plus d’informations, consultez le site internet mis à jour en permanence. En 2024, le conteneur #StolenMemory se rendra aux Pays-Bas.

Vous souhaitez accueillir #StolenMemory près de chez vous ?
Contactez-nous!